13 nov. 2015

Il entre donc pour rester avec eux

Contre vents et marées
Célébrer la vie jusqu'au bout
Denis Ledogar - page 131-132 - Ed. Points

Il y a un texte de l'Evangile qui illustre merveilleusement la confiance blessée dans ce Seigneur qui
se dérobe à nos attentes : les compagnons d'Emmaüs.
Luc nous raconte cet épisode où Cléophas et son compagnon font route vers un village appelé
Emmaüs, à deux heures de marche de Jérusalem. Ils ont été disciples du Christ et celui-ci vient de
mourir sur la croix. Ces deux hommes ouvrent la longue marche de ceux qui espéraient en Lui et
sont dépités, avec la sensation de s'être fait flouer : « Et nous qui espérions qu'il serait le libérateur
d'Israël ! »
Lequel d'entre nous n'a jamais été déçu par Dieu et l'Église ? Peut-être avons nous secrète la
cause de notre désillusion ; ou bien, au contraire, nous l'affichons haut et clair au point de dire :
«Je ne crois plus à *tout ça*; Je me suis fait avoir une fois, on ne m'y reprendra plus. Dieu ne m'a
pas exaucé, malgré l'espérance que j'avais mise en Lui. Il m'a blessé et finalement ne me sert à
rien.»
Un homme marche au côté de Cléophas et son compagnon. Mais ils ne lui prêtent aucune
attention jusqu'à ce que cet inconnu leur adresse la parole. Étrangement, il semble ne rien savoir
des événements qui viennent de se dérouler et bouleversent le pays. Il écoute patiemment ces
hommes exprimer leur déception, leurs espoirs bafoués, leur tristesse. Comme pour les disciples
d'Emmaüs, Jésus nous laisse vider notre sac. Il n'intervient pas. Il leur offre, il nous offre, de relire
et d'interpréter les événements de nos vies à la lumière de l'écriture et de la foi.
Et puis Jésus s'éloigne. Non, en réalité, le texte précise : « Jésus fit semblant d'aller plus loin. » Il
ne s'en va pas. Il laisse aux deux disciples l'entière liberté de le rappeler. Ces hommes ont un
geste d'hospitalité. Au lieu de verrouiller leur cœur dans leur souffrance et leur désillusion,
Cléophas et son compagnon ouvrent la porte à cet inconnu : « Reste avec nous : le soir approche
et déjà le jour baisse. » Il entre donc pour rester avec eux.

Aucun commentaire:

Membres

Archives du blog

Qui êtes-vous ?

j'ai 50 ans, je suis marié, nous avons 4 enfants.