30 juil. 2016

Zeugma

Un zeugma est une figure de style à utiliser avec prudence, appelée aussi attelage. Un zeugma consiste à lier par la syntaxe deux mots ou deux groupes de mots incompatibles ou de nature différente, qui n'ont pour seul rapport que le verbe qui les unit. Son nom vient de la ville antique de Zeugma, située sur le fleuve Euphrate, dont les deux quartiers étaient reliés par un pont. Cette figure de style a pour but de provoquer un effet de surprise humoristique ou poétique. Voici quelques exemples de natures diverses :
- Vêtu de probité candide et de lin blanc. Victor Hugo. Il y peu de rapport, reconnaissons-le, entre la probité, qui est une qualité, un jugement, et le lin blanc, textile dont on fait des vêtements.
- Il parlait en anglais et en gesticulant. Frédéric Dard.
- J'y ai laissé ma jeunesse et ma moto. Jean-Louis Murat, Un singe en hiver, groupe Indochine.
On peut aussi imaginer :
- Elle a posé ses bagages et une question.
- Le colonel a levé son verre et le camp.
- Il a descendu l'escalier puis son voisin.
- Il a gardé l'espoir et sa petite sœur.
- Il a confondu l'assassin et les dates d'anniversaire.
- Un ouvrage plein de délicatesses et de gravures à la plume.
- Il a joué de malchance puis aux dominos.
Mais un zeugma désigne aussi une figure de style beaucoup plus classique qui consiste à ne pas répéter un élément commun dans une phrase qui contient deux éléments parallèles. Par exemple :
- La mère portait une robe, et sa fille, un pantalon.
Le fait de ne pas répéter «portait» dans l'élément de phrase consacré à la fille est un zeugma.
D'après Côté femme, Bayard Presse, 2005. On trouve d'autres exemples dans Wikipédia.
(envoyé par Paul)

Aucun commentaire:

Membres

Archives du blog

Qui êtes-vous ?

j'ai 50 ans, je suis marié, nous avons 4 enfants.