17 mars 2018

Mathusalem et la longévité des patriarches

Il y a donc, dans la Genèse, une disjonction entre les récits à
prétention historique, où trois générations au plus coexistent, et les
récits à prétention symboliques, où les ages sont fabuleux. Mais ces
longévités fabuleuses, sur lesquelles les deux versions sont d'accord,
ont probablement une signification symbolique et numérologique, puisque
les hébreux représentaient les chiffres par des lettres, et que certains
nombres, comme 70, étaient sacrés. La preuve en est qu'en rectifiant
l'absurdité de la survie de Mathusalem au déluge, les massorètes ont du
modifier l'age de sa paternité, et non sa durée de vie. L'impossibilité
de réduire ces longévités à donc conduit les septantes à admettre des
ages de paternité fabuleux, pour éviter l'absurdité de la coexistence de
nombreuses générations, et inversement, a conduit les massorètes à
admettre la coexistence de 12 générations pour éviter l'absurdité d'ages
de paternité fabuleux. Mais ils n'ont pu éviter l'écueil de la paternité
de Noé, qui était probablement lié à quelque chose d'impossible à modifier.
Ainsi l'age ou Noé construisit son arche, pourrait s'expliquer par la
nécessité de faire construire l'arche au moment d'un déluge dont la date
aurait été fournie par une autre tradition.
Lire la suite :
http://www.oncle-dom.fr/histoire/bible/mathusalem.htm

--

Aucun commentaire:

Membres

Archives du blog

Qui êtes-vous ?

j'ai 50 ans, je suis marié, nous avons 4 enfants.